S D S
Sciences des sociétés
Ecole doctorale 624
  • Actualités
  • Annuaire
  • Liens utiles
  • Catalogue ED 382






soutenance décembre 2021

Publié : 10 novembre 2021
Catégorie : Soutenances
Voir : Bourses et l'ED 382


3 décembre 2021 : soutenance de Mme JIANG Lan

Titre : Le phénomène rushang : une étude du renouveau confucéen dans le milieu entrepreneurial en Chine contemporaine

Résumé : À partir du début du XXIe siècle, la Chine voit apparaître un « renouveau confucéen » au sein de la population. Cette renaissance du confucianisme, souvent associée à une revitalisation de la tradition culturelle, connaît un engouement particulier auprès d’un grand nombre d’entrepreneurs qui revendiquent publiquement leur adhésion à ces valeurs. Cette nouvelle tendance s’accompagne notamment d’un retour en force du modèle du rushang ’’ (marchand confucéen), un terme ancien qui désignait sous la dynastie des Ming (1368-1644) un nouveau type de commerçants, proche des milieux lettrés. En nous appuyant sur une enquête de terrain effectuée entre 2016 et 2020 au sein de trois entreprises privées ainsi que sur une étude de l’organisation du Forum rushang de Bo’ao, cette thèse a pour objectif de comprendre la nature et les différents aspects du phénomène « rushang ». En mobilisant une approche socio-anthropologique, notre recherche tente de mettre en lumière les manières dont ce phénomène émerge et se diffuse dans la société. Nous nous intéressons également aux motifs de l’engagement de ces entrepreneurs se réclamant de la tradition « confucéenne », ainsi qu’au rôle joué dans ce mouvement par d’autres acteurs, politiques et intellectuels. Une mise en perspective historique du terme rushang révèle que ce concept a connu un certain nombre de mutations tout au long de l’histoire. La nouvelle interprétation de cette ancienne appellation constitue en réalité un processus de réinvention de la tradition. Dans une Chine aujourd’hui modernisée et globalisée, le recours aux valeurs « confucéennes » peut être considéré dans une certaine mesure comme une justification morale du capitalisme chinois.

8 décembre 2021 : soutenance de Mme NADAV Tamar

Titre : Penser la nature psychosomatique de l’homme dans l’Occident médiéval : une étude du discours médical sur le lien corps-âme au XIIe siècle

Résumé : Cette étude veut faire la lumière sur un des moments clés de la structuration du discours savant sur la relation entre l’âme et le corps dans l’Occident médiéval, à savoir, l’élaboration d’une théorie détaillée et compréhensive de la nature psychosomatique de l’homme dans la médecine du XIIème siècle. Au coeur de la thèse se trouve un groupe de commentaires inédits sur un compendium galénique d’origine arabe rédigés par des médecins liés à la ville de Salerne dans le sud de l’Italie. Depuis le milieu du XXème siècle, ces commentaires sur l’Isagoge de Johannitius attirent l’attention des historiens en raison de leur haut niveau théorique et du rôle qu’ils jouèrent dans l’assimilation et la systématisation de la médecine gréco-arabe en Occident. Les médecins prenant part à cette nouvelle tradition médicale commentent l’Isagoge à l’aide d’autres textes médicaux traduits en latin à la fin du XIème siècle. Leurs commentaires dépassent cependant le domaine strictement médical. Les médecins salernitains s’appuient également sur une gamme impressionnante d’oeuvres philosophiques - d’Aristote à Augustin, en passant par Platon et Boèce -, témoignant ainsi de leur intérêt aigu pour la philosophie naturelle, pour la cosmologie, et pour la métaphysique.
La relation corps-âme se situe au coeur de cette tradition scolastique en devenir. Encadrés par la notion galénique de "pouvoirs" (virtutes), qui considérait le cerveau comme le siège d’un pouvoir psychique (virtus animalis), le coeur comme le siège d’un pouvoir spirituel ou vital (virtus spiritualis/vitalis) et le foie comme le siège d’un pouvoir naturel (virtus naturalis), les médecins salernitains envisagent la psychophysiologie humaine à travers divers concepts. Certains de ces concepts, tels que les trois esprits, la chaleur vitale, les nerfs et les vaisseaux sanguins, relèvent du corps et appartiennent à la tradition médicale à proprement parler. D’autres proviennent du discours chrétien, platonicien ou boétien sur l’âme. Or, les historiens n’ont jusqu’ici que rarement considéré les médecins salernitains comme des acteurs à part entière du discours chrétien sur la relation corps-âme.
Cette étude propose de les mettre en valeur en montrant comment la notion des trois virtutes conduit les médecins salernitains à développer un discours riche et savant sur la psychophysiologie humaine. Elle montre que ce discours se développe graduellement autour de la doctrine de la virtus spiritualis, considérée comme source du pouls et de la colère. Elle expose comment, durant la deuxième moitié du XIIème siècle, l’interprétation de la colère comme relevant du pouvoir spirituel s’élargit pour expliquer de façon détaillée et minutieuse une large gamme de phénomènes psychosomatiques ; elle suggère que ces phénomènes étaient devenus un terrain privilégié pour l’exploration des frontières de la médecine et des points de contact entre médecine, philosophie et théologie. Enfin elle examine l’hypothèse selon laquelle les médecins du sud de l’Italie connaissaient les écrits philosophiques et théologiques produits à la même époque dans les écoles du nord de la France. Ainsi, au delà de la question de la relation corps-âme et de ses expressions diverses au XIIème siècle, cette étude vise à approfondir notre connaissance des mécanismes qui ont forgé l’identité intellectuelle et professionnelle du médecin médiéval. Elle cherche à apporter une meilleure compréhension de la manière dont les savants médiévaux géraient certains conflits entre science et religion. Enfin, elle aspire à restituer un chaînon manquant de l’histoire multilingue et multiculturelle de la science de l’âme au Moyen Âge.

9 décembre 2021 : soutenance de M. CALAIS Damien

Titre : La sécurité alimentaire aux Emirats Arabes Unis : importations, productions, externalisations

Résumé :Depuis leur accession à l’indépendance et leur constitution en État fédéral, les Émirats arabes unis ont connu un développement économique et humain très rapide mais qui reste fragile. La sécurité alimentaire est une question fondamentale pour la stabilité sociale, économique et politique des Émirats, et pour le développement durable de ce pays.
Le but de cette recherche est d’expliquer les stratégies et les modalités de leur mise en oeuvre concernant, premièrement, l’importation de denrées alimentaires aux Emirats, secondairement, la production alimentaire locale et l’externalisation de la production par des investissements dans du foncier agricole à l’étranger, dans un contexte de diversification de l’économie émiratie et de réorganisation continue des territoires productifs et des réseaux de l’économie mondialisée.
Le cadre théorique de cette recherche s’inspire de celui élaboré par Jean Gottmann, notamment les concepts de mouvement, d’iconographie, de compartimentation de l’espace et de région-charnière. La recherche propose une discussion et une adaptation de la pensée gottmannienne afin de la rendre fructueuse dans l’analyse du monde actuel.
La méthodologie de cette recherche conjugue quatre démarches : l’exploitation de statistiques et de documents produits par les administrations publiques ou les entreprises du secteur privé ; l’analyse de la presse ; la réalisation d’entretiens auprès des décideurs et de divers acteurs concernés ; l’interprétation de photographies aériennes et d’images satellitaires.

14 décembre 2021 : soutenance de Mme RAZAFIMAHEFA Aina

Titre : Les élections présidentielles à Madagascar depuis le début de la IIIe République : enjeux, acteurs, impact

Résumé : Depuis le début de la Troisième République (en 1992), Madagascar a connu six élections présidentielles. Cette thèse a pour ambition d’effectuer l’analyse de l’évolution des stratégies de campagne mises en oeuvre depuis la capitale, Tananarive, durant ces trente dernières années, par les principaux candidats. Par ailleurs, elle s’intéresse également au profil ainsi qu’aux trajectoires de ces derniers. L’hypothèse de ce travail repose sur l’idée qu’au-delà d’explications qui renvoient à des mutations globales des sociétés et du rapport au politique, l’étude du cas malgache permet d’observer des modalités de mobilisation de pratiques et d’imaginaires profondément ancrés mais dynamiques. Les contextes spécifiques ainsi que les singularités de chaque campagne et de chaque candidature sont ainsi discutés, tout en examinant les échos comparables dans d’autres pays, notamment sur le continent africain mais aussi en France. À partir notamment d’enquêtes de terrain, cette recherche doctorale est centrée sur le quotidien des campagnes, les coulisses de la production de l’image des candidats, en particulier dans les médias, et enfin sur les performances que donnent à voir et à ressentir les meetings. Elle entend faire dialoguer de manière fructueuse, sciences politiques, histoire et anthropologie.

16 décembre 2021 : soutenance de Mme LI Jun

Titre : Les diplômés chinois revenant de France en Chine - Le cas de la province du Shandong

Résumé : Le nombre d’étudiants chinois venant étudier en France a rapidement cru durant la première décennie du XXIe siècle. En 2008, la Chine a dépassé l’Algérie et est devenue le deuxième pays d’origine des étudiants étrangers en France, soit le premier pays d’origine non-francophone, la deuxième place qu’elle conserve jusqu’en 2020. Parallèlement, le nombre des diplômés qui rentrent en Chine augmente. Dans le contexte de la mondialisation des échanges universitaires, cette thèse étudie la mobilité des étudiants chinois en France et leur insertion professionnelle sur le marché chinois du travail.
Ce travail repose sur une enquête multi-site en France - Paris, Lyon et Dijon - et en Chine - Pékin, Shanghai, Shenzhen et la province du Shandong. En prenant appui sur 45 entretiens biographiques auprès de 37 étudiants et diplômés chinois formés en France, nous mettons en évidence non seulement la trajectoire de ces étudiants en mobilité internationale - genèse des projets d’études, accumulation de capitaux culturels et sociaux et projets de retour, mais aussi les conditions de l’insertion professionnelle et de la conversion en Chine des capitaux acquis en France.
Pour les classes moyennes chinoises, si le liuxue (« étudier à l’étranger ») est censé être un moyen d’accumuler du capital humain, il est aussi devenu une norme sociale. Pour certains diplômés, la possession de capitaux accumulés durant le liuxue facilite mobilité géographique nationale et ascension sociale ; mais pour d’autres, il existe sur le marché chinois du travail des critères d’évaluation qui leur sont défavorables.

17 décembre 2021 : soutenance de M. BEN CHEIKH Nidhal

Titre : Protection sociale, informalité et pauvreté en Tunisie

Résumé : Cette thèse se propose d’évaluer la contribution de la protection sociale contributive et non contributive à la lutte contre l’informalité sur le marché de travail en Tunisie et à la réduction de la pauvreté. Depuis l’indépendance, la Tunisie a mis en place plusieurs politiques sociales assises sur des transferts sociaux substantiels afin d’améliorer les niveaux de vie de sa population. C’est dans ce sens que les pouvoirs publics se sont toujours efforcés détendre les régimes assurantiels de protection sociale à l’économie informelle tout en se dotant de programmes non contributifs à forte diffusion géographique pour combattre la pauvreté et la vulnérabilité économique. Toutefois, les piètres résultats enregistrés en matière de pauvreté et de disparités régionales sont indéniablement la conséquence naturelle de la faible connaissance à propos des effets et l’efficacité, par dinar dépensé, des différents programmes sociaux.
La première partie de la thèse sera focalisée sur l’exploration des relations entre l’extension horizontale de la protection sociale en Tunisie et la lutte contre l’informalité sur le marché du travail en Tunisie. Une démarche empirique a été adoptée afin de mesurer l’étendue de l’emploi informel au sein de l’économie sur la période 2005-2019. De même, des éclairages empiriques seront apportés moyennant l’usage de micro données d’une enquête auprès des ménages (6000 ménages) réalisée en 2014, concernant la possibilité d’existence d’incitations perverses ou désincitations, occasionnées par les dysfonctionnements des programmes d’assistance sociale, et qui sont suspectées de décourager les travailleurs à s’orienter vers les programmes assurantiels de sécurité sociale.
D’ailleurs, la transition des travailleurs de l’informalité à la formalité a toujours butté sur ces aspects comportementaux. Cette recherche nous a permis aussi de mettre en relief les traits distinctifs des travailleurs informels indépendants et à faibles revenus ainsi que parmi la population bénéficiaire de l’Assistance sociale (bénéficiaires et membres du ménage). Les capacités contributives des travailleurs informels ont été évaluées à l’aune d’un nombre de critères outre l’analyse de leurs attitudes face au risque et leurs préférences inter temporelles.
La deuxième partie de la thèse s’est consacrée à des interrogations légitimes, par rapport à la performance réelle des programmes non-contributifs actuels (Transfert monétaire et soins de santé à tarifs réduits) à atteindre les populations pauvres et à besoins spécifiques.
Une recherche empirique basée sur l’exploitation des données brutes de l’enquête dévaluation des programmes d’assistance sociale en Tunisie (CRES 2014), a permis tester le bien-fondé de ces interrogations concernant la performance du dispositif de ciblage actuel à atteindre les plus pauvres de la population.
Des méthodes alternatives de ciblage qui permettent des résultats plus élevés que ceux prévalant actuellement (ciblage actuel) en termes de minimisation des erreurs d’identification (inclusion et exclusion) et d’impacts sur les mesures FGT de la pauvreté, ont été proposées. En effet, les résultats de cette évaluation serviraient en dernière analyse à élargir le champ de connaissances des pouvoirs publics et des chercheurs en matière de fonctionnement et d’évaluation des programmes d’assistance sociale et d’en tirer les enseignements nécessaires lors de la mise en place d’une stratégie de redéploiement optimal des budgets déployés pour ces programmes dans le cadre d’une vision intégrée des programmes contributifs et non-contributifs de protection sociale.
L’analyse a été aussi approfondie à travers une tentative d’intégration des mesures de la pauvreté subjective dans le ciblage des programmes de transferts monétaires afin d’identifier de nouvelles populations vulnérables que les approches conventionnelles de mesure de la pauvreté risquerait d’exclure.

17 décembre 2021 : soutenance de M. GURUNG Naryan

Titre : Risques naturels vs. activités anthropiques dans les Himalayas du Népal : Évolution négative et positive

Résumé : Avec l’intensification des activités humaines dans les Himalayas du Népal, le nombre de catastrophes ayant conduit à des pertes humaines, matérielles et environnementales augmente, tout comme le risque. Les catastrophes sont encore généralement perçues par la plupart des Népalais comme dérivant d’aléas naturels, mais ne devraient pas être considérées comme le résultat inévitable de l’impact d’un danger naturel. Les risques (inondation, glissement de terrain, tremblement de terre) étant des aléas naturels, on ne peut pas empêcher qu’ils se produisent, mais grâce à une planification et une gestion appropriées, les catastrophes peuvent être évitées dans la plupart des cas. Cette thèse vise principalement à présenter comment les activités anthropiques sont responsables de la transformation des événements naturels en catastrophes.
En choisissant deux vallées fluviales (Kali Gandaki, Seti) comme études de cas, cette recherche expose spécifiquement les problèmes généraux des principaux risques naturels dans l’Himalaya népalais occidental. La méthodologie comprend la cartographie hydrogéomorphologique, l’analyse hydraulique (HEC-RAS), le recours à l’espace de mobilité fonctionnel des rivières, l’analyse des changements d’utilisation et d’occupation des sols, à travers l’interprétation des cartes satellites et les entretiens avec la population locale.
La plupart des catastrophes passées dans les sites étudiés ont eu lieu à cause d’activités humaines non scientifiques. Les gens ont vécu ou construit des infrastructures dans l’espace fonctionnel de la rivière, et sont donc responsables des désastres (décès, structures emportées par les crues). De nombreux travaux de reconstruction sont effectués sans examiner les causes des catastrophes. La construction de routes et de ponts, l’urbanisation non planifiée, la construction de barrages et d’installations hydroélectriques, la colonisation des rives, l’extraction de sable, l’excavation mécanique et le dynamitage ont augmenté les risques de catastrophes dans les vallées de la Kali Gandaki et de la Seti.
Dans la vallée de la Seti, l’urbanisation a augmenté de 405% entre 1996 et 2020 et de 47% entre 2013 et 2020. Les effets du changement climatique ne peuvent être ignorés, car ils aggravent la transformation des événements naturels en catastrophes. Au lieu de déplacer les populations des zones vulnérables des berges vers des endroits plus sûrs, le gouvernement et les autorités locales semblent plutôt avoir encouragé les gens à vivre dans les plaines inondables en leur fournissant l’accès à l’eau potable, à l’électricité et aux routes. De nombreuses habitations et infrastructures le long des rivières ont été identifiées comme vulnérables aux risques hydro-torrentiels. En respectant simplement l’espace de bon fonctionnement des rivières, les risques fluviaux peuvent, dans la plupart des cas, être évités et ne pas aboutir à des catastrophes. Cette approche économique et écologique de la gestion des risques fluviaux n’a pas encore été mise en oeuvre au Népal. Au contraire, l’occupation des zones inondables et l’empiètement sur les berges des rivières ont tendance à augmenter au fil du temps. Les résultats suggèrent que les occupants des zones exposées aux risques naturels ont une bonne compréhension des géo- et hydro-risques. Cependant, ces risques sont contextualisés par rapport à d’autres préoccupations sociales, principalement l’économie qui semble l’emporter sur le risque.
Les conclusions de cette étude sont utiles et bénéfiques pour la gestion des risques liés aux aléas naturels au Népal. Ce travail offre de nouvelles perspectives sur la gestion des risques naturels. En outre, ce travail est précieux pour les praticiens des catastrophes qui cherchent à mettre en œuvre des programmes et des politiques de réduction des risques de catastrophe plus efficaces au Népal.

17 décembre 2021 : soutenance de Mle KIEL Ina

Titre : "Un journal de lutte de classe, une arme de révolution" - Fernand Desprès (1879-1949).
Ein Intellektueller und Revolutionär in der L’Humanité während der Zwischenkriegszeit
Un intellectuel et révolutionnaire dans L’Humanité dans l’entre-deux-guerres

Résumé : Fernand Desprès (1879-1949) a été impliqué dans les milieux de la gauche la plus radicale de Paris pendant plus de quarante ans. D’abord anarchiste, puis pacifiste pendant la Première Guerre mondiale, il rejoint le mouvement communiste français dans l’entre-deux-guerres. Dans chacun de ces milieux, il a vigoureusement défendu sa vision de la liberté et de la justice - des concepts qui, pour lui, transcendaient toutes les frontières nationales. Dès 1921, il exprime publiquement ses opinions subversives dans les colonnes de L’Humanité, grand quotidien communiste. En assumant le rôle d’intellectuel dans ces divers contextes, il s’est engagé en continuité pour la révolution qui était à la fois la mission et le devoir de sa vie. En même temps, il disposait d’un excellent réseau et fonctionnait comme un intermédiaire fiable dans le milieu international de la gauche française - où il était reconnu tant pour son engagement intellectuel que son désintéressement et sa grande générosité. Malgré cela, le nom de Fernand Desprès est aujourd’hui largement oublié, et il n’existe pratiquement aucune recherche sur lui.
Cette thèse présente les résultats d’une recherche approfondie sur Desprès en deux parties. Dans le premier volume, sa biographie est analysée sous le jour de ses interventions intellectuelles. Afin de saisir les différentes formes d’engagement de Desprès tout au long de sa vie, le modèle des types d’intervention intellectuelle formulé par Gisèle Sapiro est employé. Pour traiter en particulier l’engagement de Fernand Desprès dans l’entre-deux-guerres au sein du Parti Communiste Français, l’étude de Thomas Kroll sur le rapport des intellectuels en Europe de l’Ouest avec le communisme est mise en avant. Spécifiquement, la première génération des intellectuels communistes en France est examinée ainsi que leur rapport avec la deuxième génération qui a émergée au milieu des années 1920. Ce travail met également l’accent sur les réseaux personnels et professionnels de Desprès. Ses relations informelles sont analysées à des moments décisifs de sa biographie ainsi que les changements et ruptures qui s’y sont produits à plusieurs reprises. Parallèlement, la rédaction de L’Humanité est étudiée en tant que milieu intellectuel. Enfin, il est tenté de saisir les attentes révolutionnaires de Fernand Desprès à travers les réflexions de Pierre Bourdieu sur "Le moment critique".
Le deuxième volume de la thèse contient la vaste correspondance de Fernand Desprès à l’anarchiste Charles Hotz (1874-1937). Il met - pour la première fois - à la disposition du public les 629 lettres adressées par Desprès à son ami dans la période entre 1917 à 1936 qui sont archivées sous forme manuscrite à l’International Institute of Social History (IISH) d’Amsterdam.



Copyright © 2021 ED 382 | Site créé par Anders Fjeld | Réalisé avec SPIP | Espace privé